COVID-19, nettoyage en entreprise dossier de INRS

Cette FAQ propose des réponses aux questions les plus souvent posées par les entreprises sur le nettoyage.

Nettoyage ou désinfection ?

Comment et quand nettoyer les locaux de travail ?

Quels sont les risques liés aux produits de nettoyage ou aux produits de désinfection ?

Quelles mesures de prévention ?

1 – Pourquoi nettoyer les locaux de travail ?

Le SRAS-CoV-2 ne se multiplie pas dans l’environnement, mais persiste de quelques heures à 6 jours en fonction du type de support, de l’humidité, de la température et de la charge virale initiale.

La dose infectante (la quantité de virus pouvant entraîner une maladie) n’est à ce jour pas connue ; toutefois, on estime qu’il est possible de se contaminer en touchant des surfaces fraîchement contaminées (par des postillons d’une personne infectée ou par des mains contaminées), puis en portant les mains à la bouche, au nez ou aux yeux.

2 – Quelle différence entre le nettoyage et la désinfection ?

Le nettoyage, effectué par essuyage avec un produit contenant un tensioactif, permet d’éliminer les matières grasses, les poussières etc. Outre son activité de dégraissage des surfaces, le tensioactif peut également solubiliser les lipides de l’enveloppe du virus SRAS-CoV-2 et ainsi l’inactiver. Ces tensioactifs se trouvent dans les savons, les dégraissants, les détergents, les détachants, les lessives, les produits pour vaisselle habituellement utilisés.

Lorsqu’elle est nécessaire, la désinfection est effectuée en complément du nettoyage. Elle se réalise avec des produits contenant au moins une substance testée pour sa capacité à diminuer de façon importante le nombre de micro-organismes présents au moment de l’opération. Pour qu’un produit puisse revendiquer une activité virucide, il doit répondre aux tests décrits dans la norme NF EN 14476.

Des études ont mis en évidence que les substances suivantes avaient une activité contre les Coronavirus humains :

  • hypochlorite de sodium (eau de Javel) à 0,1 % de chlore actif
  • peroxyde d’hydrogène (eau oxygénée) à 0,5 %
  • éthanol à 70 %
  • isopropanol (ou butan-2-ol) à 70 %.

Lire la suite du dossier sur le site de l’INRS.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.