Recommandations de l’ANACT pour mieux concilier grossesse et activité professionnelle.

En mars 2017, le ministère du travail a missionné l’Anact pour identifier les difficultés à concilier grossesse et activité professionnelle.

Un rapport d’enquête a été remis fin avril.

Il dresse un état des lieux des situations de travail vécues par les femmes enceintes, recense des bonnes pratiques en France et à l’international, et propose une série de recommandations.

Un manque d’aménagement des conditions de travail

Les changements importants dans l’organisme de la femme enceinte rendent certains travaux plus pénibles, voire dangereux pour la santé de la mère et de l’enfant à naître. Faute d’une réelle prise en compte de leur grossesse par l’entreprise, les femmes interrogées se disent souvent contraintes de gérer seules l’accroissement des difficultés rencontrées dans le travail du fait de leur état.

Dans la grande distribution, les principales contraintes déclarées comme vécues de manière amplifiée sont :

  • le port cumulé de charges,
  • les déplacements au sein du magasin,
  • la station debout ou assise prolongée.

Une majorité de femmes enceintes ou l’ayant été déplore « avoir toujours à demander de l’aide sans qu’elle leur soit proposée spontanément », même si, certains collectifs de travail s’organisent dans ce sens. Le rôle du soutien managérial à l’annonce de la grossesse est décisif pour :

  • retirer certaines tâches,
  • réorganiser le travail,
  • assouplir les horaires et la fréquence des pauses,
  • voire procéder à un changement temporaire d’affectation.

Ce soutien se manifeste le plus souvent de manière informelle.

En savoir plus

L’étude « Etat des lieux de la situation de travail des femmes enceintes et de ses spécificités dans la grande distribution« , Anact – avril 2017.

Laisser un commentaire