IDAR®, Une méthode d’analyse des risques machines .

Réglementations obligent, tout fabricant d’équipements est tenu de réaliser une analyse des risques.

Le but : proportionner les moyens techniques à mettre en oeuvre en fonction du risque à traiter, etc.

Cette analyse est avant tout une démarche de bon sens qui doit autoriser une application réaliste des exigences réglementaires et éviter d’aboutir à des incohérences…

C’est dans ce contexte que le Cetim a mis au jour IDAR®. 

La méthode d’analyse des risques IDAR® (Intégrer, décrire, analyser, rapporter) repose certes sur une description fonctionnelle de l’équipement, mais surtout sur une analyse de l’activité de l’opérateur au travers du cycle de vie de cet équipement.

Elle permet d’identifier, de coter et de justifier les scénarios à risques liés à cette activité. 

Elle s’intéresse ainsi à la globalité de l’équipement (machine, outils, environnement physique et humain). Cet ouvrage a été conçu comme un guide pratique à l’attention des industriels.

Cette méthode apporte une description fonctionnelle de l’équipement et, surtout, une analyse de l’activité de l’opérateur au travers du cycle de vie de cet équipement.

Elle permet d’identifier, de coter et de justifier les scénarios à risques liés à cette activité.

La méthode IDAR s’intéresse ainsi à la globalité de l’équipement (machine, outils, environnement physique et humain).

Cet outil permet ainsi de répondre aux exigences réglementaires de la directive « Machines » 2006/42/CE avec un bilan réglementaire (détermination des directives applicables à l’équipement conçu et des procédures de certification associées), la réalisation de l’analyse des risques, complétée par l’identification et le traitement des fonctions de sécurité (lien avec le logiciel SISTEMA, norme ISO 13 849-1 : 2007), et la constitution du dossier technique, incluant les éléments de la notice d’instructions.

Idar se veut une aide aux concepteurs de machines en termes de rappels des obligations réglementaires et de traçabilité d’un dossier technique.

Il pousse ainsi les industriels à se poser les bonnes questions à chaque étape du processus de conception de l’équipement de travail.

Il permet à un concepteur de machines, de tracer et de justifier ses choix de solutions en termes de sécurité et d’être ainsi en mesure d’apposer le marquage CE en toute connaissance de cause.

Centre de préférences de confidentialité