Tag Archives: risque

Sensibilisation aux risques chimiques

Référence réglementaire : Art R 4141-17 formation à la sécurité Art.R.4412-38 Règles générales de prévention du risque chimique Sous-section 7 : Information et formation des travailleurs. Objectifs : les salariés exposés de manière occasionnelle  aux risques chimiques, doivent bénéficier d’une information complémentaire et adaptée aux risques particuliers. Public concerné : Tous salariés pénétrant dans une entreprise à risque

Plan d’organisation de la surveillance et des secours – Piscines POSS

legifrance

TITRE II : OBLIGATIONS LIÉES AUX ACTIVITÉS SPORTIVES Chapitre II : Garanties d’hygiène et de sécurité Section 2 : Etablissements d’activités aquatiques et nautiques Sous-section 1 : Etablissements organisant la pratique d’activités aquatiques et de baignade Paragraphe 3 : Plan d’organisation de la surveillance et des secours Article A322-12 Le plan d’organisation de la surveillance et des secours

Code de la santé publique: Piscines et baignades

legifrance

Code de la santé publique Première partie : Protection générale de la santé  Livre III : Protection de la santé et environnement Titre III : Prévention des risques sanitaires liés à l’environnement et au travail Chapitre II : Piscines et baignades. Article L1332-1 Toute personne qui procède à l’installation d’une piscine, d’une baignade artificielle ou à

Quelle est la réglementation applicable aux piscines ouvertes au public, d’accès payant ?

legifrance

TITRE II : OBLIGATIONS LIÉES AUX ACTIVITÉS SPORTIVES Chapitre II : Garanties d’hygiène et de sécurité La notion d’accès payant : se matérialise par l’achat d’un billet qui peut être spécifique ou non à la baignade (exemple des centres de remise en forme où le paiement peut correspondre à un ensemble de prestations de services offerts

La méthode des cinq S

La méthode des 5 S est l’une des méthodes japonaises utilisées pour l’amélioration continue. D’origine japonais, Le terme « 5 S » fait référence à la première lettre de chacune des 5 opérations à accomplir : 1 – Seiri  Débarras 2 – Seiton Rangement 3 – Seiso Nettoyage 4 – Seiketsu Ordre 5 – Shitsuke  Rigueur Partant

La Méthode QQOQCP

QQOQCP : Quoi? Qui? Où? Quand? Comment? Pourquoi? La méthode QQOQCP permet d’avoir sur toutes les dimensions du problème, des informations élémentaires suffisantes pour identifier ses aspects essentiels. Elle adopte une démarche d’analyse critique constructive basée sur le questionnement systématique. Principe : Il s’’agit de poser les questions de façon systématique afin de n’’oublier aucune

DIRECTIVE 1999/92/CE ANNEXE II : Prescriptions minimales de sécurité ATEX

ATEX

A. PRESCRIPTIONS MINIMALES VISANT À AMÉLIORER LA PROTECTION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ DES TRAVAILLEURS SUSCEPTIBLES D’ÊTRE EXPOSÉS AU RISQUE D’ATMOSPHÈRES EXPLOSIVES Remarque préliminaire Les obligations prévues par la présente annexe s’appliquent: — aux emplacements dangereux au sens de l’annexe I chaque fois que les caractéristiques du lieu de travail, des postes de

DIRECTIVE 1999/92/CE ANNEXE 1: classification des emplacements ATEX

ATEX

CLASSIFICATION DES EMPLACEMENTS OÙ DES ATMOSPHÈRES EXPLOSIVES PEUVENT SE PRÉSENTER   ANNEXE I Remarque préliminaire Le système de classification ci-dessous s’applique aux emplacements pour lesquels des précautions sont prises en application des articles 3, 4, 7 et 8. 1. Emplacements où des atmosphères explosives peuvent se présenter Un emplacement où une atmosphère explosive peut se

DIRECTIVE 1999/92/CE protection en matière de sécurité et de santé des travailleurs susceptibles d’être exposés au risque d’atmosphères explosives

ATEX

SECTION II OBLIGATIONS DE L’EMPLOYEUR Article 3  Prévention des explosions et protection contre celles-ci Aux fins de la prévention des explosions au sens de l’article 6, paragraphe 2, de la directive 89/391/CEE et de la protection contre celles-ci, l’employeur prend les mesures techniques et/ou organisationnelles appropriées au type d’exploitation, par ordre de priorité et sur

Le procès-verbal de la réunion du CHSCT.

Ce document est réalisé à titre d’exemple, est doit être adapté à chaque CHSCT. Le procès-verbal de la réunion est rédigé et envoyé par le secrétaire du CHSCT à l’inspecteur du travail dans un délai de 15 jours à compter de la date de la réunion. Il n’a pas besoin d’être approuvé par le chef